De l'un à l'autre

Publié le par Zaza

Voir la consigne et accéder à la première version


L'un dit :

Heureuses les vigies sur l’océan du désert
Qui ne surveillent sous leurs lourdes paupières
Que caravanes et chameaux, étendues de sables et de pierres.


                                        L’autre en écho :
 
                                        Veilleurs, écoutez au soir, ma lente prière :
                                        « Ce navire à l’ancre tu peux couper sa corde,
                                        larguer les amarres, en quête d’ailleurs,
                                        Vers le pays de l’or, vers le pays de l’eau,
                                        Où tout résonne plus fort, où les dunes ploient
                                        Sous le poids des hommes chantant en chœur,
                                        Un même credo. »


Le premier intervient :
N’en croyez pas, vigies, un traître mot.
J’ai suivi la route parallèle derrière le tulle des ténèbres,
J’ai croisé les horreurs, vu de mes yeux les pires maux.
Des hommes qu’on égorge, des femmes en sanglots.
Garde ton poste, le sable te berce
Et ta dune aussi chante, matelot. 


                                        Le second s’exclame :
                                        Soulevez de vos yeux les œillères,
                                        Cessez de croire aux mirages,
                                        Il n’y au désert ni magie ni partage.
                                        Dans la ronde des hommes, quand l’étoile du nord luit,
                                        Un grain de sable peut aussi être une graine de fruit.
                                        Il ne peut y avoir de cloison entre la neige et la nuit.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article